Archives de catégorie : Année 2012

Décembre 2012

Stage prévu le dimanche 27 janvier 2013 au centre Maurice Ravel  6 Avenue M. Ravel 75012 Paris

Horaire :

13h30/15h30 : Première partie
15h30/17h30 : La forme entière et applications.
17h30/18h30 : Tuishou et applications martiales ou éventail

Tarif 20 €
   
et … Bonnes fêtes de fin d’année à tous.

Arrêt des cours le Samedi 22 décembre.

Reprise à partir du 7 janvier.

POÈME DU MOIS : HIVER

Duveteuse la neige doucement tombe
Pour revêtir le jour si froid
D’un manteau de poudre laiteuse
Sur les collines, les champs, les arbres,
Et même la mare gelée.

Ce spectacle devant nos yeux
Semble bien ordonné, détaché de tout.
Si seulement les pensées humaines,
En désordre, si troublées, si confuses,
Pouvaient se poser comme la douce neige
Dans une tranquille sérénité.

 

Downy snow is falling soft,
To clothe the cold, cold day.
A milky, powdery mantle
O’er hills, fields, and trees,
And even the ice-clad pond.

Things visible as these
Seem orderly and detached.
Would that human thoughts,
In disarray, so troubled and confused,
Might also rest like gentle snow
In hushed serenity.

Novembre 2012

livre-108

livre-108-2

Livret didactique, réunissant les dessins des différentes positions de l’enchaînement taichi ainsi que leurs noms en français, chinois et anglais.

Cours jeudi 08 novembre à 17h30 au gymnase Léopold Bellan

La rentrée lundi 12 novembre

POÈME DU MOIS : AUTOMNE

La journée déborde d’air givré.
C’est encore l’automne, mais les glaces de l’hiver s’y glissent,
Revêtant une flaque sous ma fenêtre.
Dans l’air immobile, l’humble mare
Va bientôt geler à son tour
Seules les ombres des arbres
Se mirent avec clarté dans l’eau.
Pas d’ondulations fines pour en hérisser la surface.
De petits oiseaux s’affairent, volètent ça et là,
Sous l’œil perçant d’un faucon planant là haut.
Seuls les chevreuils des marais, qui paissent éparpillés,
Semblent innocents.

The day is brimming with frost-filled air.
Although it is still autumn, the ice of winter has crept in,
Covering a puddle outside my window.
In the still air, the humble pond
Is on the verge of icing over, too.
Only shadows of trees
Are visible with any clarity in the water.
No thin scaly ripples disturb the surface.
Small birds flitter busily to and fro,
While above them a hawk soars with piercing gaze.
The scattered water deer alone
Seem innocent as they gaze.

Octobre 2012

livre-108

livre-108-2

Livret didactique, réunissant les dessins des différentes positions de l’enchaînement taichi ainsi que leurs noms en français, chinois et anglais. 

POÈME DU MOIS : Fin de l’été

Les bois sauvages revêtent mon cœur
De teintes automnales,
Tandis que des chants d’automne retentissent
Dans les mélopées des insectes.

L’été touche à sa fin
Et des lumières d’automne caressent
Le bout des branchent qui se calfeutrent
Quand tombe la nuit.

C’est une saison nouvelle et pourtant
Mes pensées s’attardent
Sur le souvenir des saisons passées.

Wildwoods infuse my heart
With autumn hues,
While autumn songs are heard
In insect lays.

Now summer’s course is run
And autumn lights caress
The tips of snuggling boughs
When day is done.

New times are come, and yet
My lingering thoughts reach out to grasp
Memories of seasons past.

 

Septembre 2012

Reprise des cours mercredi 12 septembre, école Beauregard à18h30.

Cours du vendredi à Vaugirard littré, salle indisponible (en travaux jusqu’à janvier 2013).

A partir de lundi 17 septembre notre cours du vendredi sera déplacé le
lundi de 12h30 à 13h30 à l’adresse suivante : Gymnase, 12 rue Lobineau, 75006 Paris.

 
POÈME DU MOIS

Loin dans les profondeurs, hors des nuits, hors du flot,
Dans un écartement de nuages qui laissent voir au dessus des mers la céleste allégresse
Un point vague et confus apparait,
Dans le vent, dans l’espace, ce point se meut, il est vivant
Il va, descend, remonte, il fait ce qu’il veut faire
Il approche, il prend forme, il vient, c’est une sphère
C’est un inexprimable et surprenant vaisseau,
Globe comme le monde et comme l’Aigle Oiseau

                                              Victor Hugo

Juillet 2012

Bel été à tous,

Reprise des cours mercredi 12 septembre, école Beauregard à18h30. Possibilité de pratiquer à Paris plage du 20 juillet au 20 aout Première quinzaine à la Villette puis en bord de Seine.

stage-ete

Stage de TaiChi chuan
du 27 au 31 aout 2012
(Cliquez sur l’image)

POÈME DU MOIS :
Arthur Rimbaud, Poésies

Sensation

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

Juin 2012

Europa Taichi, un tourbillon de compétiteurs Par Eudoxie JANTET

L’édition 2012 d’Europa Taichi, compétition d’arts martiaux internes traditionnels chinois, s’est tenue à Paris le week-end du 7 au 10 juin. Organisée pour la première fois en 2006, puis en 2009, par la Fédération française de Wushu, cette troisième édition a accueilli 286 participants, en provenance d’une quinzaine de pays européens.

Impressions

Sûr, qu’Europa Taichi 2012 organisée par la fédération française de wushu a happé tous les acteurs de cette compétition dans son tourbillon coloré ; spectateurs, compétiteurs, juges, arbitres, organisateurs, responsables, bénévoles …
Tout d’abord la cérémonie d’ouverture a donné la note de cette troisième rencontre européenne de taichi chuan aux Halles Carpentiers, le deuxième week-end de juin.

Début des compétitions le vendredi, top départ sur le tatami, tuishou à pas fixe, suivi bien vite par les taolus, le premier « Gong » retentit, résonne, vibre dans l’espace.
Toujours impressionnant d’ouvrir le bal !
Concentration, émotion, révélation…
Les journées se déroulent harmonieusement, ondulent à la manière des mouvements circulaires des candidats dans cet espace-temps particulier.
Les chiffres rouges de l’horloge à cristaux liquides nous rappellent à l’ordre. Chacun guette son ordre de passage, s’encourageant mutuellement.
Les paumes poussent, les poings s’enroulent, les éventails claquent, les bâtons frappent, les lames luisantes des sabres tranchent l’air, les épées fendent l’espace, l’espace d’un éclair, les yeux scintillants des compétiteurs percent l’invisible ; Là, devant, derrière, à droite, à gauche…  Le regard précède l’action. La boxe de l’ombre s’expose sous les feux de la rampe, les boxeurs dans la lumière projettent leurs ombres portées sur le plancher ciré, elles glissent tels des serpents sinueux sur le sol. Les guerriers de la douceur évoluent en force tout au long de ces 3 jours. Pluie de notes, les résultats tombent, des applaudissements s’élèvent, la joie monte aux yeux.

La compétition donne l’occasion à chacun de s’exprimer, un même enchaînement est « dessiné » différemment suivant chaque personnalité. Les taolus s’enchaînent, les compétiteurs se déchaînent au fur et à mesure des heures. Les épreuves se succèdent sur 2 aires pendant que le tuishou s’embrase et enflamme un public de supporters.
On ne sait plus où regarder : Mains nues solo, tuilian, groupes, armes…Nombreuses sont les facettes de cet art martial, cette discipline que l’on pratique jours après jours dans nos familières salles d’entraînement, s’offre ici aux regards et jugements.

Juste le temps d’une pause déjeuner pour se remettre de ses émotions, c’est l’occasion de s’apercevoir que côté cuisine, ça bouge aussi beaucoup, il ne manque rien, l’accueil est chaleureux, de quoi vous revigorer pour la suite des « festivités». Merci aux bénévoles

Dans les gradins, les candidats parés de toutes les couleurs se mêlent au public, d’autres s’entraînent, le tableau est très vivant, l’ambiance est concentrée et à la fois détendue. Les spectateurs avertis apprécient, d’autres découvrent ces pratiques chinoises très variées. Vient le moment des médailles.
Le podium accueille ses champions, sourires aux lèvres, les yeux brillants, ils s’inclinent pour recevoir la spirale fédérale gravée au centre de la médaille, auréolée d’or, illuminée d’argent, éclairée de bronze, passée autour du cou, elle repose sur leurs coeurs.

Sûr qu’Europa Taichi 2012 fut riche en émotions, en couleur et en chaleur. Le fruit d’un long travail de « tous côtés, ensemble »

A la prochaine fois…

Fédéralement votre

Magali CANTE

stage-ete

Stage de TaiChi Chuan
du 27 au 31 aout
(Cliquez sur l’image°

QUELQUES PENSÉES BOUDHISTES CE MOIS CI : 

L’eau est limpide et fraîche
Les lucioles s’éteignent
Rien d’autre

Haïku zen

Il ne s’agit ni de se livrer passivement à la merci de ceux qui nous agressent, ni d’essayer de les détruire par la force car il s’en trouvera toujours d’autres qui surgiront, mais de découvrir que l’ennemi principal qu’il faut combattre sans merci, c’est la malveillance.

Matthieu Ricard

J’inspire, je suis conscient de mes poumons, j’expire et je souris à mes poumons.

Thich Nhat Hanh

Au sein de cet environnement instable et turbulent, un seul élément reste constant : le changement.

Dalaï-Lama

Sachez que toutes choses sont ainsi : comme la lune dans un ciel clair reflétée par un lac transparent ; pourtant jamais la lune n’est venue jusqu’au lac.

Boudda

Mai 2012

Il a suffit de quelques jours à l’Ile de Sein, petite île du Finistère au bout du Monde. Quelques jours sur ce petit bout de terre battu par tous les vents, pour que les muses de l’inspiration me rendent visite en silence…
Une série d’aquarelles et déjà une idée de livret s’esquisse : « Silence Tonnerre », ébauches, ambiances marines, granit, horizon, écume…si blanc, si bleu…
J’attends le vent.
Qu’il balaie tout ce qui ne tient pas. Penser et dessiner se font à force d’enlever et non pas d’ajouter

POÈMES DU MOIS: 

Fugitive et éternelle, la lumière se forge dans les blancs
cristallisés des sables et des sols.
Balayée de transparence froide, de liquidité fluide, la dureté d’une
île s’efface et livre ses réseaux secrets.
La trace de l’impondérable surgit sur la toile comme une sève vitale.
D’un vécu que menace l’oubli, il conserve l’indélébile empreinte de l’émotion.

G.-M. Simon Lannuzel

Le ciel m’ouvre, il m’enlève, me soulève.
Je vais le long de ses rouleaux, entre ses dunes bleues…
J’avance sans frein, sans but.
Je sens sa couleur pure, ce bleu illimité qui entre en moi par les yeux,
qui se mêle à ce que je respire.
C’est la liberté, quand il n’y a plus de frontières.

J.-M. G. Le Clézio

 

stage-ete

Stage de TaiChi chuan
du 27 au 31 aout 2012
(Cliquez sur l’image)

 …les pierres transparentes, les pierres douces, douces,
les galets ont glissé vers le fond du règne mouillé,
plus bas encore, vers l’endroit où le ciel à nouveau surgit
et ou la mer expire.
Ils ont roulé, roulé, roulé…
Alors la houle a redoublé sa houle et d’un coup de lame brutale,
un poing de pierre a dipersé tous les galets,
les a égrappé sur la côte et là en silence ils ont diparu.

Pablo Néruda

 

 

Mars 2012

Février 2012

stage-mars-2012

Stage Tai Chi Chuan
le 25 mars 2012
(Cliquez sur l’image)

POÈME DU MOIS

Il couvre le ciel et porte la terre.
Il s’étend dans les quatre directions et s’ouvre jusqu’aux huit extrêmes.
Sa hauteur est inaccessible, sa profondeur insondable ;
il embrasse le ciel et la terre et fait advenir les êtres à partir du sans forme.
Source jaillissant du creux, peu à peu il remplit tout ;
flot limoneux et turbide, peu à peu il se clarifie.
Dressé, il comble l’espace entre le ciel et la terre,
répandu, il recouvre les quatre mers.
Mis en oeuvre, jamais il ne s’épuise,
et ne connait ni aurore ni crépuscule.
Déroulé, il enveloppe les six conjonctions du monde,
enroulé, il ne remplit même pas le creux de la main….

~ Hualman Zi ~

h-assis

vent-arbre

Voici une bande annonce mise en ligne par la fédération pour le championnat d’Europe de taichi…

 

 

LE DAO

Le dao qui peut être exprimé n’est pas le Dao éternel.
Le nom qui peut être nommé n’est pas le Nom éternel.
L’indicible est l’éternellement réel.
Nommer est l’origine de toutes choses particulières.
Libre du désir, tu comprends le mystère.
Pris dans le désir, tu ne vois que les manifestations.
Pourtant mystère et manifestations jaillissent de la même source.
Cette source s’appelle ténèbres.
Ténèbres dans les ténèbres.
La porte vers toute compréhension.

~ Lao Zi – Dao De Jing

 

FU XI assis – Dynastie Song – H. 249,8 ; L. 112 cm – conservé au National Palace Museum de Taipei, République de Chine (Taiwan).
Fu Xi est considéré être à l’origine des huit trigrammes, qui ont permis au peuple chinois de comprendre les changements dans leur monde et aux cieux, et l’importance d’obéir à la volonté du Ciel. A cet égard, le peuple chinois en est venu à vénérer le ciel et la nature avec un infini respect, et à comprendre que leur culture était un don des dieux et une manifestation de certains traits de la culture divine.

 » EN ECOUTANT LE VENT DANS LES PINS », conservé au National Palace Museum de Taipei, est un des plus beaux témoins d’une attitude nouvelle à l’égard de la nature qui se fait jour peu à peu aux XIIIe siècle.
Biographie
Fils du peintre Ma Yuan et peintre lui même de paysages, de fleurs et d’oiseaux, Ma Lin travaille à l’Académie de peinture. Cette parenté lui vaut d’être l’objet d’une grande incompréhension de la part de ses compatriotes. Il doit, dès sa jeunesse, supporter le poids de quatre générations d’artistes; son père désirant absolument qu’il occupe une place de premier plan à l’Académie, a été jusqu’à signer certaines de
ses œuvres du nom de son fils. Mais, à en juger par les compositions
qui nous sont parvenues, Ma Lin n’avait nul besoin de ce genre de soutien.

 

 

Janvier 2012

Assemblée générale de l’association l’oiseau bleu, le samedi 21 janvier de 18h30 à

20h30 à la Maison des Associations du 6ème, 60-62 rue Saint-André-des Arts, 75006 Paris

voeux-2012

stage-29-01

Stage de TaiChi Chuan
le 29 janvier 2012
(Cliquez sur l’image)

Avril 2012