Archives de catégorie : Février 2012

Février 2012

stage-mars-2012

Stage Tai Chi Chuan
le 25 mars 2012
(Cliquez sur l’image)

POÈME DU MOIS

Il couvre le ciel et porte la terre.
Il s’étend dans les quatre directions et s’ouvre jusqu’aux huit extrêmes.
Sa hauteur est inaccessible, sa profondeur insondable ;
il embrasse le ciel et la terre et fait advenir les êtres à partir du sans forme.
Source jaillissant du creux, peu à peu il remplit tout ;
flot limoneux et turbide, peu à peu il se clarifie.
Dressé, il comble l’espace entre le ciel et la terre,
répandu, il recouvre les quatre mers.
Mis en oeuvre, jamais il ne s’épuise,
et ne connait ni aurore ni crépuscule.
Déroulé, il enveloppe les six conjonctions du monde,
enroulé, il ne remplit même pas le creux de la main….

~ Hualman Zi ~

h-assis

vent-arbre

Voici une bande annonce mise en ligne par la fédération pour le championnat d’Europe de taichi…

 

 

LE DAO

Le dao qui peut être exprimé n’est pas le Dao éternel.
Le nom qui peut être nommé n’est pas le Nom éternel.
L’indicible est l’éternellement réel.
Nommer est l’origine de toutes choses particulières.
Libre du désir, tu comprends le mystère.
Pris dans le désir, tu ne vois que les manifestations.
Pourtant mystère et manifestations jaillissent de la même source.
Cette source s’appelle ténèbres.
Ténèbres dans les ténèbres.
La porte vers toute compréhension.

~ Lao Zi – Dao De Jing

 

FU XI assis – Dynastie Song – H. 249,8 ; L. 112 cm – conservé au National Palace Museum de Taipei, République de Chine (Taiwan).
Fu Xi est considéré être à l’origine des huit trigrammes, qui ont permis au peuple chinois de comprendre les changements dans leur monde et aux cieux, et l’importance d’obéir à la volonté du Ciel. A cet égard, le peuple chinois en est venu à vénérer le ciel et la nature avec un infini respect, et à comprendre que leur culture était un don des dieux et une manifestation de certains traits de la culture divine.

 » EN ECOUTANT LE VENT DANS LES PINS », conservé au National Palace Museum de Taipei, est un des plus beaux témoins d’une attitude nouvelle à l’égard de la nature qui se fait jour peu à peu aux XIIIe siècle.
Biographie
Fils du peintre Ma Yuan et peintre lui même de paysages, de fleurs et d’oiseaux, Ma Lin travaille à l’Académie de peinture. Cette parenté lui vaut d’être l’objet d’une grande incompréhension de la part de ses compatriotes. Il doit, dès sa jeunesse, supporter le poids de quatre générations d’artistes; son père désirant absolument qu’il occupe une place de premier plan à l’Académie, a été jusqu’à signer certaines de
ses œuvres du nom de son fils. Mais, à en juger par les compositions
qui nous sont parvenues, Ma Lin n’avait nul besoin de ce genre de soutien.