Mai 2019

Beau mois de mai à tous 🙂

muguet mai

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochaine séance au SDUS le 04 mai 2019

Stage SDUS 2018:19 – copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stage du 18 mai à Ouroux-sur-Saône

Stage 1er et 2ème duan – copie

Dinard 2019 : inscriptions ouvertes, 30 places seulement !!

Stage Dinard 2019

 

Stage à Morlaix les 30, 31 août et 1er septembre 2019 : les inscriptions sont ouvertes !

stage-morlaix-aout-sept-2019

Festival Arts martiaux et chinois internes

Le 19 mai notez la date du festival 2019 des Arts Energétiques et Martiaux Chinois en Ile de France. Ateliers découverte, démonstrations et danse du lion, réservez la date dans votre agenda ! C’est au gymnase Bertrand Dauvin, 12 rue René Binet, Paris 18ème, le 19 mai de 9h30 à 17h.

Festival – copie

Championnat de Shuai Jiao

La 13ème édition du championnat national de Shuai Jiao aura lieu cette année le dimanche 19 mai, à Buchelay, dans l’Ouest parisien.
Entrée public gratuite : licenciés FAEMC et non licenciés, ainsi qu’aux étrangers.
Inscriptions des compétiteurs aux épreuves : 5€ pour les licenciés; 40 € pour les non-licenciés et 20€ pour les étrangers.
N’hésitez pas à venir échanger et vous confronter à de nouveaux partenaires venus de toute la France et sûrement de toute l’Europe.

Affiche champ Shuai Jiao

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo souvenir du stage à Aubigny-sur-Nère 2019

Photogroupe

Notre Dame renaîtra de ses cendres…

Extrait de Victor Hugo « Notre Dame de Paris »

« Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure. À mesure qu’ils approchaient du sol, les deux jets de plomb liquide s’élargissaient en gerbes, comme l’eau qui jaillit des mille trous de l’arrosoir. Au-dessus de la flamme, les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. Leurs innombrables sculptures de diables et de dragons prenaient un aspect lugubre. La clarté inquiète de la flamme les faisait remuer à l’œil. Il y avait des guivres qui avaient l’air de rire, des gargouilles qu’on croyait entendre japper, des salamandres qui soufflaient dans le feu, des tarasques qui éternuaient dans la fumée. Et parmi ces monstres ainsi réveillés de leur sommeil de pierre par cette flamme, par ce bruit, il y en avait un qui marchait et qu’on voyait de temps en temps passer sur le front ardent du bûcher comme une chauve-souris devant une chandelle. »

 ND de Paris